Advocacy Letter to the Pope ahead of his trip to Africa in July 2022

June 08, 2022

His Holiness, Pope Francis
Apostolic Palace
00120 Vatican City

Your Holiness,

We wish to be in communion with you and associate ourselves with your ministry during your upcoming visit to the African continent. Ahead of your trip to the Democratic Republic of the Congo (DRC) and South Sudan from July 2-7, 2022, we, the undersigned faith-based and civil society organizations from different continents, in solidarity with our African brothers and sisters, write to call your attention to some of the ongoing challenges confronting the continent.

These challenges have led to endless political instability and much suffering, poverty, war, and death. We ask that you address these problems in your message to citizens of the host countries, to African political leaders, and to all people of good will worldwide.  Let the affected people know that we are not indifferent to their suffering and that we do not wish to be complicit through our silence.  

We are concerned about the growing security deterioration.  Currently peace in Africa is very fragile. In Gaudium et Spes, #78, the Church calls for peace, saying that “…all Christians are urgently summoned to do in love what the truth requires, and to join with all true peacemakers in pleading for peace and bringing it about.” This call applies to all humanity because peace is a common good and transcends any human boundary. Many kinds of wars are being fought on the African continent. Nations are fighting against one another. Many wars are secessionist, separatist, civil, and religious. People are rioting against violent, tyrannical, and kleptocratic regimes.  Decades after fighting for independence, Africans are fighting neo-colonization wars involving non-Africans. Multinationals have emerged as the new colonial masters, using the soft power of corruption and financing wars to get access to natural resources.  Some of Africa’s conflict zones include the DRC, South Sudan, Burkina Faso, Mali, Niger, Libya, the Central African Republic, Mozambique, Nigeria, Ethiopia, Somalia, and Cameroon

It is fiercely urgent that African governments govern justly. Functioning institutions are fundamental to building the kind of democratic Africa that Africans desire for themselves. The people of Africa no longer want kleptocratic, tyrannical, or autocratic regimes. Such unaccountable regimes led by a few elites, often circumvent the laws to oppress their own citizens while protecting themselves, their families, and their properties. Their reckless disregard for the common good continues to undermine whatever progress has been made in oppressive states.  

Prioritizing the fight against corruption and adopting systems of accountability are critical for building the Africa that Africans desire. The Symposium of Episcopal Conferences of Africa and Madagascar in its 2013 pastoral letter Governance, Common Good and Democratic Transitions in Africa, called corruption “a cancer that stands in the way of Africa’s development.Corruption is one of the reasons why poverty persists in Africa.  Leaders use their positions to misappropriate public funds, land and other resources at the expense of those they govern. Corruption thrives in schools and hospitals.Judges do not render justice, and courts prosecute trumped up charges. Prisoners are released not because they have served their time, but because they have paid money.

Corruption is not only financial. Evidence shows that the workplace is often unsafe for women and girls who are forced into unwanted sex as a condition for employment, promotion, or retention.  Nepotism and favoritism continue to hamper productivity and prosperity in most African countries. Corruption is widespread, whether Christianity or other faith traditions form the majority.

Tribalism, xenophobia, and racism continue to claim lives and divide communities across the African continent. “If the conviction that all human beings are brothers and sisters is not to remain an abstract idea but to find concrete embodiment, then numerous related issues emerge, forcing us to see things in a new light and to develop new responses.” Fratelli Tutti, #128.  Tribalism has led to countless deaths in Africa including most recently the two countries you are visiting — the DRC and South Sudan.

In South Africa, xenophobic violence against African immigrants has been an all too common occurrence.  Racism and xenophobia against sub-Saharan African migrants journeying to Europe for a better life is on the increase. No matter the reasons, violence, hatred, discrimination, and hostility against anyone based on origin, ethnicity or race has no merit and must be condemned in the strongest terms and fought. Politicians and church leaders must become models of tolerance in order to build nations and communities of peace and prosperity.

Land grabbing (often disguised as investment) has led to a new scramble for the partition of Africa. As of June 1, 2022, data by Land Matrix shows that 12,543,089 hectares (125,430.89 square kilometers) of Africa’s arable land has been grabbed by foreign agribusinesses. These lands have been had for as little as $0.50 per hectare per year for up to 99 years, subject to renewal. In the DRC, the land acquired by multinationals totals 52,147.42 km2, which is a little more than the size of Bosnia-Herzegovina.

The acquisition of Africa’s land on a large scale by multinational agribusinesses amounts to an organized land-grabbing scheme with potential consequences worse than colonization. It threatens lives, livelihoods, the environment, the peace and the sovereignty of the affected countries. Populations are being displaced and landowners are becoming landless. Prohibited toxic fertilizers and pesticides are being used on these lands, causing serious damage to rivers, lakes and even underground water sources. The current rate at which Africa is losing much of its arable land, threatens the continent’s food security and sovereignty. This must stop.   

Your Holiness, notwithstanding many issues of equal importance including human trafficking, women’s economic empowerment, arms trade, illicit financial flows, drug abuse by youth, and widespread unemployment, we strongly believe that your voice on the issues we have highlighted will have significant impact. We hope that you will consider these issues as you address the people of God in the host countries and that you will call upon Africans and all people of good will to join hands in finding adequate solutions. 

Sincerely,

Africa Faith and Justice Network
[Names of Signers]

Cc:       Apostolic Nuncio to the United States
Apostolic Nuncio to the Democratic Republic of the Congo

Letter de plaidoyer au Pape avant son voyage en Afrique en Juillet 2022

June 08, 2022

Sa Sainteté le Pape François
Palais apostolique
00120 Cité du Vatican

Votre Sainteté,

Nous souhaitons être en communion avec vous et nous associer à votre ministère lors de votre prochaine visite sur le continent africain. En prévision de votre voyage en République démocratique du Congo (RDC) et au Soudan du Sud du 2 au 7 juillet 2022, nous, les organisations confessionnelles et de la société civile and des individus soussignées de différents continents, en solidarité avec nos frères et sœurs africains, écrivons pour attirer votre attention sur certains des défis actuels auxquels le continent est confronté.

Ces défis ont conduit à une instabilité politique sans fin et à beaucoup de souffrance, de pauvreté, de guerre et de mort. Nous vous demandons d’aborder ces problèmes dans votre message aux citoyens des pays hôtes, aux dirigeants politiques africains et à toutes les personnes de bonne volonté dans le monde. Veuillez faire savoir aux personnes affectées que nous ne sommes pas indifférents à leur souffrance et que nous ne souhaitons pas être complices par notre silence.

Nous sommes préoccupés par la détérioration croissante de la sécurité. Actuellement la paix en Afrique est très fragile. Dans Gaudium et Spes, N° 78, l’Église invoque la paix, en disant que « C’est pourquoi, accomplissant la vérité dans la charité (Ep 4, 15), tous les chrétiens sont appelés avec insistance à se joindre aux hommes véritablement pacifiques pour implorer et instaurer la paix ». Cet appel s’adresse à toute l’humanité car la paix est un bien commun et transcende toute frontière humaine.

De nombreux types de guerres se déroulent sur le continent africain. Les nations se battent les unes contre les autres. De nombreuses guerres sont sécessionnistes, séparatistes, civiles et religieuses. Les gens se révoltent contre des régimes violents, tyranniques et « kleptocratiques ». Des décennies après avoir combattu pour l’indépendance, les Africains mènent encore des guerres contre la néo-colonisation impliquant des non-Africains. Les multinationales sont devenues les nouveaux maîtres coloniaux, utilisant le soft power de la corruption et finançant les guerres pour accéder aux ressources naturelles.

Certaines des zones de conflit en Afrique comprennent la RDC, le Soudan du Sud, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, la Libye, la République centrafricaine, le Mozambique, le Nigéria, l’Éthiopie, la Somalie et le Cameroun.

Il est absolument urgent que les gouvernements africains gouvernent avec justice. Des institutions qui fonctionnent sont fondamentales pour construire le type d’Afrique démocratique que les Africains désirent pour eux-mêmes. Les peuples d’Afrique ne veulent plus de régimes kleptocratiques, tyranniques ou autocratiques. De tels régimes irresponsables dirigés par quelques élites, contournent souvent les lois pour opprimer leurs propres citoyens tout en se protégeant eux-mêmes, leurs familles et leurs propriétés. Leur mépris téméraire pour le bien commun continue de saper tout progrès réalisé dans les États oppressifs.

Donner la priorité à la lutte contre la corruption et adopter des systèmes de responsabilité sont essentiels pour construire l’Afrique que les Africains désirent. Le Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et de Madagascar, dans sa lettre pastorale de 2013 Gouvernance, Bien commun et Transitions démocratiques en Afrique, a qualifié la corruption de « cancer qui entrave le développement de l’Afrique ». La corruption est l’une des raisons pour lesquelles la pauvreté persiste en Afrique. Les dirigeants utilisent leurs positions pour détourner des fonds publics, des terres et d’autres ressources aux dépens de ceux qu’ils gouvernent. La corruption prospère dans les écoles et les hôpitaux. Les juges ne rendent pas justice et les tribunaux poursuivent des accusations inventées de toutes pièces. Les prisonniers sont libérés non pas parce qu’ils ont purgé leur peine, mais parce qu’ils ont payé de l’argent.

La corruption n’est pas seulement financière. Les preuves montrent que le lieu de travail est souvent dangereux pour les femmes et les filles qui sont contraintes à des relations sexuelles non désirées comme condition d’emploi, de promotion ou de rétention. Le népotisme et le favoritisme continuent d’entraver la productivité et la prospérité dans la plupart des pays africains. La corruption est répandue dans les pays à majorité chrétienne que d’autres traditions religieuses.

Le tribalisme, la xénophobie et le racisme continuent de faire des victimes et de diviser les communautés à travers le continent africain. « Si l’affirmation selon laquelle tous en tant qu’êtres humains nous sommes frères et sœurs n’est pas seulement une abstraction mais devient réalité et se concrétise, cela nous met face à une série de défis qui nous bouleversent, nous obligent à envisager de nouvelles perspectives et à développer de nouvelles réactions » Fratelli Tutti, No. 128. Le tribalisme a entraîné d’innombrables morts en Afrique, y compris plus récemment dans les deux pays que vous visitez — la RDC et le Soudan du Sud.

En Afrique du Sud, la violence xénophobe contre les immigrés africains est trop courante. Le racisme et la xénophobie contre les migrants d’Afrique subsaharienne qui voyagent vers l’Europe pour une vie meilleure augmentent. Quelles qu’en soient les raisons, la violence, la haine, la discrimination et l’hostilité envers quiconque fondées sur l’origine, l’ethnie ou la race n’ont aucun mérite et doivent être condamnées dans les termes les plus forts et combattues. Les politiciens et les chefs d’église doivent devenir des modèles de tolérance afin de construire des nations et des communautés de paix et de prospérité.

L’accaparement des terres (souvent déguisé en investissement) a conduit à une nouvelle forme de partition de l’Afrique. Au 1er juin 2022, les données de Land Matrix montrent que 12 543 089 hectares (125 430,89 km2 de terres arables africaines ont été accaparées par des agro-industries étrangères. Ces terres ont été acquises pour aussi peu que 0,50 $ par hectare et par an et pour une durée allant jusqu’à 99 ans renouvelable. En RDC, les terres acquises par les multinationales totalisent 52 147,42 km2, soit un peu plus que la superficie de la Bosnie-Herzégovine.

L’acquisition de terres africaines à grande échelle par des agro-industries multinationales équivaut à un plan organisé d’accaparement des terres avec des conséquences potentielles pires que la colonisation. Elle menace des vies, des moyens de subsistance, l’environnement, la paix et la souveraineté des pays touchés. Les populations sont déplacées et les propriétaires fonciers deviennent sans terre. Des engrais et des pesticides toxiques interdits sont utilisés sur ces terres, causant de graves dommages aux rivières, aux lacs et même aux sources d’eau souterraines. Le rythme actuel auquel l’Afrique perd une grande partie de ses terres arables menace la souveraineté alimentaire et la sécurité du continent. Cela doit cesser.

Votre Sainteté, il existe de nombreux autres problèmes d’égale importance (y compris la traite des êtres humains, l’autonomisation économique des femmes, le commerce des armes, les flux financiers illicites, la toxicomanie chez les jeunes, le chômage, etc.), que nous n’avons pas détaillé dans cette lettre. Nous croyons fermement que votre plaidoyer sur les questions que nous avons mises en évidence aura un impact significatif. Nous espérons que vous considérerez ces questions lorsque vous vous adresserez au peuple de Dieu dans les pays hôtes et que vous appellerez les Africains et toutes les personnes de bonne volonté à s’unir pour trouver des solutions adéquates.

Sincèrement

Africa Faith and Justice Network
[Nom des Signataires]

Cc:          Apostolic Nuncio to the United States
Apostolic Nuncio to the Democratic Republic of the Congo